Diary of a slut

34. Painal

Après avoir écrit ma dernière page, je me suis masturbée, dans la chambre de mon cousin qui n’était pas là. Ici, je ne peux faire que comme ça, puisque je n’ai pas de chambre à moi. Ma mère m’avait garanti qu’il ne passerait pas la soirée ici, mais il est entrait dans la chambre alors que je ne m’y attendais pas ! !

Non, Journal, je ne me suis pas faite surprendre, dieu merci, j’avais déjà fini. Par contre ma culotte traînait fièrement sur une chaise, je ne la portait plus ! Je l’ai vite attrapé et cachée, je n’ai aucune idée si mon cousin l’a vu ou non.

J’ai vu Chaton et nous avons fait l’amour. Je n’ai rien de particulier à dire à ce sujet, si ce n’est que je suis vraiment maladivement obsédée par l’anal, si il n’y en a pas, je trouve que quelque chose manque. Je me fais peur à moi même.

J’avais trouvé un job qui commençait le 02 Novembre… Annulé. Apparemment ils n’auront pas besoin de personnel supplémentaire. Je suis dégoutté ! C’était vraiment un super job, maintenant je me retrouve sans rien ! J’en cherche un nouveau mais je ne suis pas motivée. Avec le manque d’intimité et d’orgasmes, je ne pense qu’au sexe.

Hier soir, Chaton est parti dormir juste au moment où je voulais sexter. Je me suis trouvé quelqu’un d’autre. Je suis comme ça. Cette personne était ignoble, à fond dans le "painal" et autre. Ça ne devrait pas m’exciter, cette merde. L’anal encore, ça passe, mais le painal, c’est juste sadique.

Je me fatigue à essayer d’exister.